vendredi 20 juin 2014

Comme mon frère.

J'avais des Playmobils.
J'allais à des anniversaires de garçons.
Je regardais le Club des 5 à la télévision.
J'avais les cheveux courts.

Du coup, je ne disais pas trop fort que j'aimais le rose, les cheveux longs, les cheveux blonds.
Et que j'aimais les robes mais sans collants qui grattent.
Et que j'attendais d'être seule pour faire tourner cette robe tout autour de moi.
Que j'avais un amoureux à l'école maternelle.

Comme lui, je voulais collectionner les images de foot Panini.
J'ai eu un vaisseau spatial Playmobil.
Je voulais faire du karaté.
Je voulais jouer au foot dans la cour de l'école.
J'essayais d'être la copine de ses copains.

Et dans son dos, je jouais à la poupée.
Je me baladais avec un essuie éponge sur la tête, faisant mine d'avoir une chevelure de princesse.
Je me faisais des copines, je ne leur parlais plus, puis je leur parlais à nouveau.
Je leur disais que je faisais du karaté.

Plus tard, je l'ai suivi dans son collège.
Je l'ai suivi aux matchs de foot.
J'ai appris à jouer aux cartes avec ses potes dans le fond du café, après les cours.
J'étais la bonne copine de ses copains.
J'avais une ou deux copines.
J'allais toujours à des anniversaires de garçons.

Mes cheveux ont poussés.
Dans son dos, je suis devenue la petite copine d'un ou l'autre de ses copains.
J'étais toujours sur le bord du terrain aux matchs de foot mais ce n'était plus lui que je regardais.
J'ai commencé à porter des robes de plus en plus courtes et toujours sans collants qui grattent.
Je faisais tourner cette robe autour de moi.

Il est parti à l'université.
J'ai continué à aller au café, après les cours, pour jouer aux cartes ou pour embrasser son pote.
J'allais, sans lui, à des anniversaires de garçons. Parfois, ça tournait mal.
J'étais la bonne copine de ses potes et plus si affinités.
J'ai rangé les poupées, le rose et les cheveux blonds.

Je ne l'ai pas suivi à l'université.
Je suis restée sans lui, à la maison.
Le weekend, on se retrouvait.
On allait à des anniversaires de garçons mais cette fois, c'étaient mes potes à moi.

Je lui ai présenté une blonde, au cheveux longs.
Une amie à moi.

Un jour, ils se sont dit "oui"
Elle portait une robe jolie robe qu'on fait tourner et des chaussures qui font mal aux pieds.
Ce soir-là, j'ai fait la fête avec ses potes et les miens, réunis.
J'avais les cheveux longs, une jupe pas trop courte et sans collants qui grattent.
J'ai repensé aux Playmobils, aux images Panini, aux matchs de foot, aux fêtes d'anniversaire et aux parties de cartes.

J'ai eu le coeur serré.
J'ai été voir la blonde aux cheveux longs qui avait mal aux pieds.
Je lui ai dit, parce que la journée avait été un peu arrosée : "Tu me l'as piqué."






2 commentaires:

Aggie a dit…

La complicité frère/soeur ça doit être vraiment chouette à vivre!
Même si j'imagine que parfois ce n'est pas forcément simple ;-)

fricadelleandco a dit…

mooohhhh trop touchant <3